Ateliers a médiation artistique

L'homme et l'art

kinesiologie

Depuis toujours, l’homme et l’art entretiennent un rapport étroit dans le cadre du bien-être.

Au début du XXe siècle, Carl G. Jung a expérimenté les bienfaits de l’expression par le dessin.
Toutefois, l'art-thérapie n'a fait son entrée officielle dans notre société contemporaine que vers les années 1930. Elle s'est d'abord introduite en Angleterre et aux États-Unis grâce à Margaret Naumburg, enseignante et psychothérapeute reconnue comme l'une des pionnières dans le domaine. Par ailleurs, il est intéressant de faire un parallèle entre l'art-thérapie et l'art brut, un mouvement lancé en 1945 par le peintre français Jean Dubuffet, à cause de la similarité du processus créatif qui vise essentiellement l'expression spontanée et personnelle (voir Sites d’intérêt).

La paternité de l’art-thérapie est attribuée à Adrian Hill (1940), peintre tuberculeux placé en sanatorium. Il se laissa aller à l’art spontané qui l’amena, au grand étonnement des médecins, à la guérison.

C’est le XXe siècle qui a vu l’émergence de pratiques thérapeutiques utilisant l’art comme média. C’est en 1950 que les premiers programmes de formation furent créés au États-Unis. L’art-thérapie s’est ensuite développée en Europe.

Qu'est-ce que la créativité ?

kinesiologie appliquée

C'est ajouter un petit plus à la vie, de la couleur, de l'émotion, un moment de bien-être…
• C'est de l'art...
C'est la liberté de pourvoir dire ou faire ce que l'on veut, quand on veut...
C'est ne pas avoir de tabou... se dégager de la contrainte
C'est trouver des idées ailleurs pour qu'elles soient nouvelles, ici
C'est l'imagination de chacun et ça dépend de la personnalité
C'est s'expérimenter même en cas d'échec…
C’est apprendre à mieux gérer le stress environnant et son stress…
C’est reprendre confiance en soi et mieux se connaitre

Pourquoi

kinesiologie

Un événement blessant, un accident, une épreuve, une injustice ne deviennent traumatismes que si on ne laisse pas libre cours à l’expression des émotions qu’ils suscitent. Réprimer ses émotions conduit en effet à des répétitions douloureuses, à la dépression, l’angoisse et peut engendrer des symptômes physiques voir la maladie.

Il est donc important d’apprendre à identifier, à nommer, à comprendre, à exprimer, à utiliser positivement ses émotions sous peine d’en rester esclaves. Et pour se libérer d’une émotion désagréable, il suffit de la laisser s’exprime et de l’accueillir. L’expression artistique et la créativité est un des outils pour extérioriser ces maux non exprimés en mots.

La médiation artistique offre à la personne l'occasion de faire émerger ce qui est à l'intérieur et qu’elle ne connait pas forcement. La médiation permet de rentrer en contact avec ses émotions les plus enfouies, des sentiments le plus refoulés. La première étape de ce travail consiste donc à remettre la personne en mouvement, à montrer les voies possibles devant une toile blanche, en écoutant de la musique, en bougeant.

C’est aussi l’endroit où l’on peut proposer à ceux qui le souhaitent d’entreprendre un travail personnel, de s'aider non pas du langage verbal, mais d'un langage issu du FAIRE, de la création et de leur création. Le médiateur les aidera à exprimer autre chose et à le redonner sous forme tactile, visuelle, plastique. Dans un atelier à médiation artistique tout peut se jouer, tout peut se faire ou se dire car ici et maintenant le « je » et le jeu sont libres de s’exprimer.

Pour qui ?

C’est un outil simple et qui peut être utilisé pour chaque individu désireux de s’exprimer par le biais de sa propre créativité.